Laustéloutho, un tour du monde en famille
Laustéloutho, c’est l’histoire d’un rêve, d’une aventure familiale autour du monde pendant un an. A travers ce blog, nous vous ferons partager notre périple d’Est en Ouest, de l’Amérique du Sud à l’Asie en passant par l’Océanie. Un an à la découverte des gens, des villes et campagnes, de leurs histoires. Un an de vie familiale où nous aurons (Lau et Sté) la chance de voir grandir nos enfants (Lou et Tho). Vous l’aurez certainement déjà compris, Laustéloutho c’est Laurence, Stéphan, Louis et Thomas. Bienvenue ……


Accueil
Notre itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photos

La carte des lieux visités









Rubriques

01 Qui Sommes Nous
02 Origine du Voyage
03 Itineraire
04 La Preparation
05 Le diabete ... et Alors
06 Perou
07 Bolivie
08 Chili
09 Argentine
10 Nouvelle Zelande
11 Australie
12 Inde
13 Nepal
14 Hong Kong
15 Vietnam
16 Cambodge
17 Malaisie
18 Thailande
19 Singapour
20 Indonesie
21 Liens Utiles et bonnes adresses
22 Remerciements

Menu


17 août 2010 : Voilà, c’est fini !

                                                                  

Tout a une fin, notre aventure en famille aussi.

 

Notre tour du monde, nous l’avions préparé pendant un an et demi, nous l’avons vécu intensément pendant un an, et nous espérons que les souvenirs de ce périple extraordinaire nous accompagneront encore très longtemps.

Quelques chiffres : en 344 jours, nous avons traversé 15 pays, nous avons changé de lit et refait nos bagages 104 fois (en moyenne une fois tous les 3,3 jours). Nous avons mangé près de 700 fois dans des restaurants/snacks/gargottes (et récolté seulement 5 « touristas » - ouf). Nous avons immortalisé notre belle aventure sur pas moins de 10.000 clichés dont près de 800 sont sur le blog. Voilà pour les chiffres.

Le plus important, c’est ce que nous avons vécu. Nous avons passé un an tous les quatre et partagé les mêmes aventures (et la même chambre) 24h sur 24, sans nous séparer plus de 2 ou 3 heures d’affilée. Nous les parents n’avons pas « vu » grandir nos enfants (bien que leurs pantalons indiquent une croissance moyenne de 7 cm par enfant) mais nous avons fait mieux que ça : Nous sommes ravis d’avoir passé autant de temps avec nos enfants, nous ne le regrettons pas, nous les avons découvert sous un autre jour, ils nous ont étonnés par leur capacité d’adaptation, leur curiosité et par leur imagination. Nous espérons que ce voyage leur a ouvert l’esprit aux autres cultures, et ouvert le cœur aux autres en général.

Quand à nous, il est trop tôt pour dire si ce voyage changera nos vies. Dans l’immédiat, nous avons la tête pleine d’images et des émotions que nous avons ressenties durant ce voyage. Nous avons découvert énormément de choses durant ce voyage; tellement, en fait, que les décrire en quelques mots serait réducteur. Ne nous demandez pas à notre retour de tout vous expliquer en quelques mots, ou de dire ce qu’on a préféré ; chaque pays, chaque personne a ses propres richesses et ne peut être comparé à un(e) autre.

Nous n’oublierons pas de sitôt les belles rencontres que nous avons faites dans chaque pays, nous emportons avec nous les sourires, les gestes d’amitié, les conversations, les beaux moments que nous avons partagés avec ceux dont on a croisé la route quelques minutes ou quelques jours. Nous serons contents de revoir nos familles et nos amis qui nous ont suivis sur notre blog durant notre périple, et qu’on remercie par cette occasion pour leur soutien ; c’est cependant avec un petit pincement au cœur que nous terminons cette belle aventure qui nous a tellement apporté.

Un chapitre se ferme pour laisser place à de nouvelles aventures……


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 13:43, le 24/08/2010, Bruxelles
Mots clefs :

Nos conclusions après nos visites de Java et Bali:

                                                                                  

Après 3 semaines passées sur chacune de ces îles, voici un petit résumé de nos impressions.

Ce que nous avons préféré:

A Java : les volcans Kawa Ijen et Bromo, et les sites de Borobudur et Prambanan.

A Bali :l’île de Nusa Lembongan et les sorties snorkeling au Nord de Bali (épaves à Amed et Tulamben).

Ce que nous n’avons pas aimé: Les double bookings des hôtels à Bali (amateurisme des hôtels ou rentabilité max ? on n’est pas trop sûrs…). On n’a pas vraiment aimé les chants des muezzins (à Java) appelant à la prière à 4h30 et les coqs qui nous ont réveillés chaque matin; dur dur quand c’est tous les jours….Nous n’avons pas aimé les embout’s à Ubud. Nous n’avons pas été sous le charme de Yogyakarta, trop bruyant.

Ce que nous avons aimé: La gentillesse et l’accueil des Javanais et des Balinais. Nous avons été charmés par la persistance des rituels religieux à Bali, malgré le tourisme très présent : partout on voit des paniers d’offrande, des femmes brûlant de l’encens et des personnes recueillies devant les petits autels. Les cérémonies religieuses voient les Balinais parés de leurs plus beaux vêtements traditionnels, et leurs instruments scander des rythmes qui semblent millénaires. Un peu partout, on peut voir que les Balinais portent des signes traditionnels (pétale de fleur sur le dessus de l’oreille, grains de riz collés sur le front ou sur le cou, fleurs de frangipaniers dans les cheveux) qui leur donnent beaucoup de charme. Nous avons trouvé que Bali n’a pas changé (à part Ubud) depuis notre premier voyage, il y a 13 ans, et ceci a été une belle surprise.

Ce que nous avons découvert: A Kaliurang (Java), la spécialité semble être les satés de lapin (= petites brochettes à la sauce de cacahuète). Louis a pris plein de photos « anatomiques » des lapins tout juste dépecés et exposés, tête en bas, devant les gargotes de rue. Les rituels religieux des Balinais, très présents dans leur vie de tous les jours, étaient nouveaux pour les enfants.  A Bali, nous avons redécouvert avec plaisir un pays que nous avons bien aimé quelques années avant, et découvert avec plaisir des endroits qu’on ne connaissait pas; Nusa Lembongan (qui vaut bien Gili Air, visitée il y a 13 ans), Amed aurait mérité qu’on reste quelques jours, l’épave du Liberty à Tulamben était beaucoup plus belle que dans notre souvenir. Nous ne regrettons pas un instant d’avoir terminé notre voyage par Bali.

                                                                                                          



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 12:55, le 24/08/2010 dans 20 Indonesie, Bali
Mots clefs :

11-16 août : Fin de notre voyage…Ubud du monde

                                                                               

Nous passons les derniers 5 jours de notre tour du monde à Ubud.

Après 3 semaines avec nos amis Carole, Eric et Loïc (les seuls qui ont eu le courage - ou l'inconscience- de nous rejoindre), ça fait tout drôle de se retrouver à quatre; étrange, car c’est à quatre que nous avons passé presque toute cette année de voyage, et on ne s’est jamais sentis « seuls ». Les enfants sont perdus sans leur copain, et nous les parents, nous n’arrivons plus à placer un seul mot car les enfants sont tout le temps avec nous…(on avait oublié comme nos enfants sont bavards). Il nous faut une journée pour retrouver nos marques.

                                     

Pour nos derniers jours de voyage, nous avions réservé un hôtel sur internet, et nous voici dans le village de Peliatan, à 10 minutes en voiture d’Ubud. L’hôtel est assez ancien et l’atmosphère y est un peu étrange mais il est bordé de rizières et c’est très calme. Le jardin est parcouru de sentiers qui forment presque des labyrinthes et parsemé de statues de pierre. On a l’impression d’être dans un temple. Et quand on pénètre dans les chambres, on se croirait dans un château fort (lit à baldaquins, meubles très sombres, peu de lumière…) Bref, un hôtel très particulier pour nos dernières nuits…

   

                                                                                                 

Nous louons des scooters pour explorer pendant 3 jours Ubud et ses environs, que nous (les parents) avions visités il y a 13 ans. Rien ne nous semble familier - on n’a pas de souvenirs très précis de cet endroit d’ailleurs, à part que c’était beau et agréable. Nous sommes très surpris par les embouteillages à Ubud. Il y a tellement de véhicules (surtout des minivans remplis de touristes) que la circulation est presque à l’arrêt, et marcher en rue est désagréable à cause du bruit, des gaz d’échappement et des motos et voitures garés partout. (Ca nous rappelle Hanoi). Ceci se rajoute aux dalles de trottoir manquantes un peu partout à Bali; malheur à celui qui marche le nez en l’air, il tombera immanquablement dans un trou. Bref, nous sommes déçus de l’ambiance; trop de monde, trop de bruit. Ubud n’est maintenant qu’une succession de restos (certains très beaux il est vrai) et de magasins pour touristes qui vendent des choses superbes. On n’avait plus vu cette belle qualité et plus été aussi tentés de tout acheter depuis le Vietnam. A Ubud on a parcouru le marché et quelques rues, vu de jolies choses dans les magasins mais nos sacs sont déjà trop remplis, on ne peut plus rien acheter (…snif, dit Laurence).

                                                                   

                                                                             

A côté de cette première impression sur Ubud, il faut admettre qu’il y a des beaux endroits à voir dans les environs. Nous avons parcouru la « Monkey Forest », petite forêt avec des arbres grandioses en plein cœur de la ville : elle est habitée par une colonie de macaques nourris par les visiteurs. Nous y sommes allés en fin d’après midi, ils avaient été gavés toute la journée donc ils n’étaient pas trop agressifs.

Le temple qui s’y trouve était le lieu de festivités particulières, et nous avons profité du spectacle des Balinais habillés pour la circonstance. Nous avons assisté avec plaisir à la répétition d’une cérémonie avec chants, danses et orchestre de gamellans. Les Balinais sont si beaux dans leurs vêtements traditionnels !

                           

                                                                                                                                    
                                                           

Nous avons visité la maison du peintre espagnol Don Antonio Blanco, sorte de Dali Balinais (comme il s’appelait lui-même). Après un accueil charmant avec thé glacé et pose avec des beaux oiseaux à l’entrée du site, nous parcourons le musée puis l’atelier. Tout ici n’est que luxe, extravagance et excentricités artistiques. On na pas été autorisés à prendre des photos, mais vous pouvez avoir un petit aperçu sur www.blancobali.co.id. Cet artiste a fait, entre autres, des collages consacrés à Michael Jackson, E.T. (oui, le petit extraterrestre) ou Dali & lui. On a bien aimé.

                                                                                                   

 

Nous avons terminé la journée par un spectacle de Kecak et Fire Dance sur la scène du Puri Dalem.

                                                                                                      

  C’est un spectacle étonnant racontant une histoire du Ramayana, avec des danseurs/acteurs déguisés qui jouent l’histoire et surtout une quarantaine de chanteurs qui unissent leurs voix a capella dans une succession de « chakchakchak » (d’où le nom « Kecak ») qui mérite le détour !

 

Une fois l’histoire terminée, on allume un feu de noix de cocos au centre et un danseur vient, pieds nus, piétiner et disperser les braises, toujours au son des « chakchak ». A la fin, nous sommes allés le féliciter…et voir ses pieds tous noirs. Voilà qui on peut inviter sans crainte à un barbecue….

                                                                                              

Il y a assez d’autres spectacles à Ubud pour remplir de nombreuses soirées, mais il faut avouer que nous « saturons » un peu avec les danses traditionnelles; nous nous sommes donc contentés de ne regarder que quelques minutes celui proposé par notre hôtel le soir suivant.

                                                                                

A l’hôtel on pouvait faire des ateliers et les enfants ont choisi de peindre eux-mêmes des cerfs-volants en tissu, ils s’y sont employés avec concentration ; ils adorent bricoler et cela leur manque un peu durant le tour du monde. Ensuite, ils étaient bien sûr pressés de les voir voler. N’ayant pas trouvé d’endroit avec suffisamment d’espace et de vent à Ubud, nous avons foncé vers la mer….et avons finalement roulé jusqu’à Sanur pour trouver une grande plage où Louis et Thomas ont pu faire voler leur petite merveille. Non seulement les cerfs-volants sont beaux, mais ils volent bien….mission accomplie ! Notre expédition nous a permis d’échapper à la pluie qui s’est abattue sur Ubud…cool d’être au bon endroit au bon moment.

 

Louis, Thomas et Laurence ont aussi participé à un atelier « Kirtan Chanting » au cours duquel un gourou Indien fait chanter des mélopées de méditation pour « libérer le corps et l’esprit ». Les enfants se sont assez vite lassé des « Hare Krishna », Laurence a persévéré…cela faisait du bien.

                                                                           

 

Notre dernière journée à Ubud, nous l’avons passée à explorer les villages au nord de la ville, et où presque chaque village a sa spécialité d’artisanat : ici les Garudas géants en bois, là les mobiles en coquillages, là-bas les assiettes en céramique. Presque chaque maison possède une boutique en façade, et un atelier à coté. On a pu admirer le talent de ces artistes, ils nous montraient leur travail avec le sourire. On est quand même assez perplexe devant l’intensité de ces activités : l’ensemble des villages est devenue une suite de magasins. Dans cette région on peut voir les plus belles rizières de Bali (sic) et on voit tout de suite la rançon de leur succès ; sur les petites routes il y a des embouteillages à l’endroit où tous les touristes prennent LA photo de leur voyage à Bali. Nous sommes restés bloqués 10 minutes sur place, incroyable !

                                                                      

Nous avons été jusqu’aux sources de Tirta Empul, lieu de pèlerinage pour les Balinais car il y jaillit une source d’eau considérée comme sacrée. De nombreux fidèles y priaient ou s’y lavaient pour se purifier le corps et l’âme. Avides de photos exclusives ici aussi, de nombreux touristes n’hésitent pas à ignorer les convenances les plus élémentaires et photographient sans gêne les Balinais qui se recueillent, leur demandant de poser, etc…Et ces derniers se plient en souriant à ces caprices.

                                                                         

 

Nous avons passé une dernière soirée à Ubud puis fait nos bagages pour la dernière fois avant de rentrer chez nous.

Notre avion nous emmènera vers Hong-Kong, puis Londres, et l’Eurostar nous déposera à Bruxelles ce 17 août à 16h00.

La boucle et bouclée...on vous le confirme, la terre est ronde et mon Dieu qu'elle est belle....

                                                                                                                               



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 17:15, le 16/08/2010 dans 20 Indonesie, Ubud
Mots clefs :

2 - 11 août- Sanur & Nusa Lembongan

                                                               

Nous avons choisi Sanur comme base pour partir quelques jours explorer Nusa Lembongan, une petite île en face de la côte sud-est de Bali.

Sanur est une petite ville balnéaire calme et appréciée des familles. Ici, il n’y a plus beaucoup d’authenticité Balinaise; la plus grande partie de la ville consiste en hôtels, magasins et restaurants, nous avions cependant fait le choix d’y rester quelques jours car c’est calme, il y a une plage, et c’est de là que partent les bateaux pour Nusa Lembongan.                              

 

                                                                                                 

Bien que nous ayons réservé tous les hôtels depuis le mois d’avril, nous avons encore eu un problème de double booking d’hôtel à Sanur: c’est la 3éme fois sur 4 logements pour Carole et Eric (et 2e fois pour nous)! Pas évident Bali en haute saison. Nous avons quand même trouvé une guesthouse pour les 2 premières nuits à Sanur avant Nusa Lembongan, et pour les 3 dernières nuits après N.Lembongan, un bel hôtel parfait pour terminer le voyage de Carole, Eric et Loïc, qui repartent de Sanur ce 11 août.

A Sanur on a surtout profité de la piscine de l’hôtel car la plage n’est pas terrible pour s’y baigner. Par contre il est agréable de se balader en bord de mer car les touristes et les familles balinaises s’y côtoient en harmonie et les restaurants bordant la mer ont du charme (par contre ils sont quasiment vides tous les soirs : où sont donc passés tous les touristes ?). A Sanur nos nuits ont été très calmes, parfait pour nous reposer.

                                    

                                                                     

Depuis Sanur, nous avons pris un petit bateau « Perama » à balancier pour Nusa Lembongan, que nous avons atteinte en 1h15 de traversée un peu agitée par la houle. On a débarqué les pieds dans l’eau dans ce petit paradis, puis marché quelques minutes en portant nos sacs sur le dos vers notre hôtel.                                                

                                            

 

                                                             

A l’hôtel, le spectre du double booking nous a rattrapés: une des chambres promises était libre, l’autre encore occupée, le staff nous a demandé d’attendre le retour des clients. Nous avons donc passé l’après-midi sur les transats devant la mer, à regarder les habitants récolter les algues, qu’ils cultivent pour les vendre à des usines à cosmétiques. On pouvait aussi voir les surfeurs australiens s’éclater plus loin. Vers 18h, on en a eu marre d’attendre notre chambre, on a cherché ailleurs et trouvé une belle petite chambre dans l’hôtel juste à côté. Le lendemain, une chambre se libérant dans notre petit hôtel (plus joli que le premier, et avec eau chaude !), Carole, Eric et Loïc nous ont rejoints. Voilà pour le chapitre logement.

                                                                     

 

                                                               

Nous avons bien profité de notre séjour sur Nusa Lembongan. D’abord nous avons fait une sortie snorkeling mémorable, à bord d’un petit bateau. Made, notre capitaine, nous a emmenés voir Mangrove Point, très joli, puis « The Wall » (sans Pink Floyd mais tout aussi planant).  Là, un courant très fort qui nous a emmenés le long du récif sans devoir palmer, pour une promenade silencieuse devant de superbes tapis d’anémones, des coraux de toute beauté et surtout des milliers de poissons tous plus beaux les uns que les autres. On a tellement aimé ça que malgré la fraîcheur de l’eau, on a demandé à notre capitaine de nous redéposer en amont du courant, et qu’on a parcouru la paroi cette fois avec Louis et Loïc tout émerveillés. Nous sommes rentrés avec de belles images plein les yeux.

Nous avons ensuite passé l’après midi à nous relaxer au soleil et à chercher des coquillages, qu’on trouve ici en grande quantité, ce qui a beaucoup occupé les enfants.

                                                                         

 

                                       

Le lendemain, Stephan, Laurence et Eric ont décidé de faire une plongée dans les environs. Comme nous avons peu d’expérience dans ce domaine, on nous a emmenés sur un récif juste en face de notre hôtel, où après quelques difficultés techniques (eau dans le masque, impossibilité de descendre (Eric, tu les cachais bien tes vessies natatoires !)), nous avons apprécié une courte promenade dans les fonds sous marins, entre 3 et 8 mètres de profondeur. Nous avons vu beaucoup de petits poissons curieux, des gros poissons clowns (sans leur anémone) et surtout un magnifique Lion Fish, de +/- 25 cm de long.

Pendant ce temps-là, Carole travaillait assidument son bronzage et les enfants jouaient aux légo sur la terrasse. Des vraies vacances, quoi…

                                              

 

                                                                

Nusa Lembongan est encore assez sauvage par endroits ; pour explorer l’île, nous avons loué des mobylettes et parcouru les petites routes où on ne croise que des piétons, quelques mobylettes et de très rares voitures.

                                                                      

 

La pointe nord-est de l’île est recouverte d’une forêt de mangroves, que nous avons parcourue en barque. Nous avons ensuite fait un repas très cool sous des paillottes devant les mangroves, au son de musique reggae bien adaptée au décor. Nous avons repris notre chemin vers le petit pont qui relie Nusa Lembongan à l’autre petite île, Nusa Ceningan. Sur le pont suspendu très étroit, se croiser à moto est un exercice auquel on s’est adonné avec concentration. De là haut on a repéré quelques étoiles de mer tellement grosses et étranges qu’on a dû aller les voir de plus près pour y croire.

                                                                     

 

Au sud de Nusa Ceningan, se trouvent de belles falaises contre lesquelles les flots bleu turquoise viennent se jeter. Superbe ! 

                                                                              

Nous avons terminé notre tour en passant par les plages sud de Nusa Lembongan, mais nous ne nous sommes pas baignés car il était tard et les vagues, très grosses. On en a profité pour ramasser quelques coquillages de plus (et hop, encore quelques grammes de plus dans nos sacs…).

                                                                                        

                                                

On a refait nos sacs et sommes repartis vers Sanur en bateau à balancier (comme la plupart des bateaux traditionnels à Bali).

                                                                

                                                        

Depuis Sanur, nous avons fait une petite visite au bird park et reptile park de Rimba. Les enfants étaient ravis de pouvoir prendre dans les bras et toucher des lézards, tortues, perroquets, toucans et autres reptiles/volatiles.

                                                            

                                                                  

                                                           

On a encore profité de la piscine de l’hôtel, et aussi  de la plage où on a essayé nos nouveaux cerf-volants. Le 8 août se clôturait le Sanur Village Festival, et nous avons eu droit à un petit défilé en costumes traditionnels, il y avait même des dragons chinois et des orchestres…un régal pour les yeux et les oreilles.

                                                                                  

 

                                                                     

C’est à Sanur que nous avons dit au revoir à Carole, Eric et Loïc qui rentrent déjà après trois belles semaines à Bali. Nous partons pour Ubud, où nous passerons nos 5 derniers jours de tour du monde.  Mais avant de rejoindre Ubud, nous avons fait une rencontre superbe, avec un nouvel ami : Ricky. Il a 6 ans, il est très gentil, on a tous craqué pour lui…c’est un dauphin.

Notre rencontre avec ses congénères à Lovina nous avait un peu laissés sur notre faim. Nous nous sommes renseignés et avons entendu parler d’un parc marin près de Sanur, où on pouvait approcher de près les dauphins. Il fallait réserver et toutes les dates étaient prises. Nous avons persévéré en demandant de nous contacter en cas de désistement…et c’est ce qui s’est passé le jour de notre départ pour Ubud. Nous attrapons rapidement les serviettes de bain et l’appareil photo waterproof, et nous voilà partis en voiture pour le Dolphin Lodge, aux environs de Sanur. Là, on nous explique que nous allons pouvoir passer du temps avec un dauphin, presque rien que pour nous, pendant près de ¾ d’heure. On nous demande de retirer montres, bijoux, et tout ce qui pourrait les blesser, et on nous explique comment les toucher. On nous parle de 8 dauphins, alors que nous sommes une trentaine de touristes… Un peu sceptiques, nous voilà ensuite partis en petit bateau vers un énorme radeau qui consiste en plusieurs grands filets/cages marines rassemblés. Nous sommes accueillis par les premiers dauphins et nous suivons notre guide jusqu’au bassin du fond. Il est là, il nous attend avec un grand sourire, et tout de suite nous sommes séduits. Nous sommes juste nous quatre, une touriste, et le dresseur. Le dresseur descend le premier dans le bassin, en fait sur le bord d’une plate forme assez profonde pour que le dauphin s’approche à l’aise, mais pas trop pour que les adultes puissent tenir debout (Thomas et Louis, eux, doivent nager avec leur gilet de sauvetage). Le fond du filet/bassin est de 12 mètres, trop profond pour nous, mais pas pour Ricky.

                                                             

 

Suivant les ordres du dresseur, Ricky nous montre tout ce qu’il sait faire: ramasser un anneau qu’on lui lance, nous faire des câlins, rapporter un caillou lancé très loin, nous éclabousser, faire des bulles géantes avec son évent, pousser des petits cris, et même faire de beaux saltos. Nous sommes très impressionnés par tout ce qu’il sait faire ! Et très surpris par la texture de sa peau, qu’on ne se lasse pas de caresser : c’est un peu dur et très doux en même temps.

                                                      

 

Le temps passe vite, il est déjà l’heure de se quitter. Ricky nous fait un dernier gros bisou et nous repartons, charmés par notre nouvel ami.

                                                           

 

Nous sommes fin prêts pour la dernière étape de notre voyage, Ubud. Les enfants décomptent les jours : plus que 5 fois dormir et nous rentrons en Belgique.                                                                               

                                                                                                



Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 04:53, le 11/08/2010 dans 20 Indonesie, Sanur
Mots clefs :

24 juillet-2 août : Lovina et Tirtagangga (Bali)

                                                            

Nous avons passé 8 jours à Lovina, où Carole, Eric et Loïc nous ont rejoints.

Bien que la plage (de sable noir) n’y soit pas exceptionnelle, nous avons fait des activités très chouettes.

 

D’abord, impossible de louper les lever et coucher du soleil sur la plage, ainsi que l’excursion « dauphins ».

Comme il y a 13 ans (pour Stephan et Laurence), nous avons réservé nos places à l’aube dans la barque d’un Balinais, pour aller à la rencontre des dauphins. Dès 6 heures du matin, grands et petits y prenaient place, pas encore tout à fait réveillés. Nous nous sommes ensuite éloignés de la côte en admirant le lever du soleil, et en scrutant la surface de l’eau encore lisse à cette heure-là. Nous n’étions évidemment pas seuls, et des dizaines de barques s’élançaient en même temps que nous pour cette rencontre.                                   

 

Après environ 15 minutes, certains les ont aperçus, c’était alors la ruée de tous les bateaux vers les ailerons qui fendaient les flots.

Nous avions le même sentiment qu’il y a 13 ans, dommage de les « traquer » ainsi pour quelques photos, mais en même temps nous nous sommes laissé charmer par cette belle vision de groupes de petits dauphins sautant de manière synchronisée à travers les flots. Nous avons même eu droit à de superbes saltos qui nous ont épatés. Nous avons été énervés par certains bateaux qui leur coupaient la route pour l’exclusivité des photos, et avons apprécié le comportement plus calme de notre capitaine, qui arrêtait le moteur dès qu’ils venaient dans notre direction, afin de pouvoir les observer au calme sans trop les perturber.

Après environ une heure de partie de cache-cache, les dauphins sont ensuite repartis plus loin, certainement lassés par tout ce cirque au dessus de la surface. Nous avons alors pris notre petit-déjeuner à bord de notre embarcation: thé brûlant et bananes frites (« pisang goreng »). Nous avons profité de chaque minute durant notre retour vers Lovina, avec une belle vue sur la côte verdoyante, éclairée cette fois par la lueur du soleil.                                               

                                                                           

Un autre jour, nous avons chartérisé un bémo (minibus public) pour nous rendre au village de Banjar, où se trouvent des bassins d’eau de source chaude (« Air Panas ») – pour les parents c’était un retour à des lieux connus, pour les enfants une découverte. L’eau y coule depuis la colline, naturellement chauffée à 32°C, dans des bassins de pierres agrémentés de jolies sculptures. Les bassins sont entourés d’une végétation luxuriante, ce qui ajoute au charme des lieux. Nous avons ensuite pris un repas avec vue sur la piscine – juste à temps; ensuite les bassins ont été envahis de hordes de touristes peu discrets.

Au retour nous avons marché jusqu’au temple tout proche, où un orchestre tout entier s’exerçait avec des instruments typiques Balinais (gamellans et cie). Nous nous sommes assis pour les écouter un moment, ils semblaient bien s’amuser à jouer ensemble. Et nous avons eu beaucoup de plaisir à les regarder faire.

 

Nous avons découvert la région au sud de Lovina en réservant pour nous tous un minibus avec chauffeur, ou en chartérisant des bémos au fur et à mesure de nos envies.

Au programme d’une journée: Git-Git Waterfalls, Bratan Lake & Jardin Botanique. Nous sommes restés peu de temps aux cascades de GitGit ; la chute d’eau est assez haute, mais l’eau était trop froide pour nous y baigner.

 

Ensuite, nous avons roulé jusqu’au Lac Bratan. On peut y admirer de tout près le temple Ulu Danu, judicieusement construit au bord du lac, ce qui lui donne une atmosphère de mystère très photogénique.

 

Après un repas dans les environs, nous sommes allés au jardin botanique où se trouve le « Treetop Trail». Après une petite attente, ce fut à notre tour de faire les parcours d’accrobranche, pour lesquels on était venus.

 

C’était la première fois pour la plupart d’entre nous, et tous ont adoré faire les parcours proposés. Thomas, Louis et Loïc nous ont épatés, ils n’avaient même pas le vertige du haut de leurs cordes suspendues à 2 à 6 mètres de haut. Et ils étaient très fiers d’eux quand ils terminaient un parcours.

 

Le dernier en l’air était Steph, qui ne voulait plus arrêter. En tous cas, on en refera, c’est trop génial !

 

Ensuite nous sommes rentrés, satisfaits de notre journée.

Notre escapade d’un autre jour nous a amenés jusqu’à Pemuteran, village de la côte nord ouest réputé pour son site de snorkeling/plongée. De la plage, nous avons enfilé nos palmes, tubas et masques et sommes partis explorer les beautés sous-marines. Il y avait de beaux coraux et de jolis poissons, malheureusement la visibilité n’était pas très bonne.  

Le reste du temps à Lovina, les enfants se sont amusés dans la piscine de l’hôtel (ils ont même fait une baignade nocturne, sous la pleine lune). Quant aux parents ils avaient beaucoup de choses à se raconter, cela faisait un an qu’on ne s’était plus vus.

 

Le staff de l’hôtel était très sympa, ils ont permis aux enfants de préparer des petits paniers d’offrande avec eux. Les enfants ont pris à cœur d’assembler les feuilles de bananier, les fleurs et autres éléments végétaux colorés en petites décorations, que le staff a ensuite installé en différents endroits de l’hôtel, en y ajoutant des bâtonnets d’encens et en accompagnant le tout d’un rituel qui semble immuable.

Nous avons passé de bons moments aux restos du coin et inventé « l’indice Bintang » (pour évaluer le prix d’un resto, le prix d’une bouteille de Bintang est notre référence)- parfois il a fallu qu’on se sacrifie pour tester la fraîcheur des Bintang (meilleure quand le verre est glacé ? ou quand la glace est dedans ? etc…)

 

Un soir nous avons assisté à un spectacle de danse locale exécuté par des fillettes gracieuses, suivies d’un monstre Balinais qui a fait peur à Thomas, heureusement pas trop longtemps car c’est la même qui apparaissait ensuite en vieille femme…voilà Thomas rassuré.                                                         

 

De Lovina, nous sommes partis pour notre prochaine étape, Tirtagangga, plus à l’est de Bali.

Notre logement, où Carole et Eric avaient séjourné il y a 12 ans, n’était de toute évidence plus entretenu depuis et le mauvais état des chambres n’était compensé que par la vue splendide sur la campagne, depuis nos terrasses respectives.

 

Tirtagangga est l’endroit idéal pour faire des balades dans les rizières, ce que nous avons fait, et aussi pour visiter le Water Palace tout proche. Certains d’entre nous s’y sont baignés dans les bassins d’eau bien fraîche, et tous ont apprécié le calme des jardins du Water Palace.

 

Tirtagangga est bien situé aussi pour explorer la côte nord est : de là nous sommes partis pour la journée, afin d’explorer Tulamben et Amed.

A Tulamben, nous avons tous fait du snorkeling au dessus de l’épave du « Liberty », cargo américain échoué puis recouvert par la mer en 1963. Depuis, coraux et poissons ont colonisé l’épave pour composer un tableau coloré superbe. On en a vraiment eu plein les yeux.

 

Ensuite nous avons roulé jusqu’à Amed où nous avons mangé sur une terrasse surplombant la côte…on se serait cru en Méditerranée, c’était bizarre et vraiment agréable.

 

Nous sommes tombés sous le charme de l’endroit, mais notre itinéraire était déjà tracé et toutes les chambres déjà réservées ailleurs… On y retournera peut-être un jour.

 

Nous avons ensuite passé l’après midi à Amed à faire du snorkeling au dessus de l’épave d’un bateau japonais, lui aussi colonisé par les coraux, anémones et poissons tous plus beaux les uns que les autres. C’était splendide. Nous sommes retournés dans notre guesthouse, enchantés de notre excursion snorkeling.

 

Nous avons regardé avec amusement les enfants des environs qui s’exercent à marcher au pas sur les routes. En prévision de la fête de l’indépendance d’Indonésie (le 17 août), toutes les classes, grands et petits, marchent au pas sur les routes, leur instituteur les suivant et les corrigeant avec une baguette. Cela a beaucoup impressionné nos enfants qui s’y sont exercés de leur côté, en répétant phonétiquement les chants d’encouragement des enfants indonésiens (« OK »).

 

Après une dernière nuit à Tirtagangga, rythmée par les chants d’amour des grenouilles de la mare d’à côté et le passage des voitures sur la route, nous sommes partis vers Sanur, troisième étape de notre séjour à Bali.

 

                                                                        
                                       


Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 16:39, le 6/08/2010 dans 20 Indonesie, Lovina Beach
Mots clefs :
Page précédente
Page 1 sur 17